Avec une eau-forte et quatre dessins de Henri Laurens 
Reliure de Georges Leroux en autruche et box

Paris, Le Point du jour, coll. « Le Calligraphe », (20 août) 1946
1 vol. (165 x 220 mm) de 49 p., [3] et 1 f. Reliure à décor : autruche kaki, décor mosaïqué sur les plats avec des bandes de box kaki et des pastilles de box noir, titre à l'oeser noir, tranches dorées sur témoin, contreplats et gardes de buffle kaki, couvertures et dos conservés, chemise-étui (reliure signée de Leroux, 1968).
Édition originale.
Un des 12 premiers exemplaires sur chiffon d’Auvergne (n° VIII), signés par l’auteur et l’illustrateur.
Son origine juive et son engagement à gauche contraignirent Tristan Tzara à une stricte clandestinité durant l'Occupation. C'est dans un petit village du Lot qu'il écrivit nombre des poèmes de ce recueil. Dans l'immédiat après-guerre, il décida de les réunir sous le titre Entre-temps et demanda à son ami Henri Laurens de les illustrer d'une gravure et de quatre dessins originaux, avant de faire de même pour ses autres recueils : avec Matisse pour Le Signe de vie ; Miro pour Terre sur terre ; Masson pour Parler seul.
Pour ses livres réalisés en étroite collaboration avec les peintres, Tzara choisit lui-même l'artiste avec lequel il veut travailler et tient le rôle important d'inter¬médiaire entre lui et l'éditeur. Entre-temps ne relève toutefois pas de cette logique et l'on peut dire que l'éditeur, René Bertelé, présida à la fabrication du livre et aux échanges entre Laurens, alors à Paris, et Tzara, qui se trouve à Toulouse. 
Dès l'après-guerre le nom de Tristan Tzara est recherché par les éditeurs qui le sollicitent pour l'inscrire à leur catalogue : ainsi de Bertelé, ici pour sa collection « Le Calligraphe » où paraît Entre-temps ; Jean Marcenac pour les éditions Bordas ; Henri Parisot pour la revue Fontaine.
Entre-temps recèle une mise en page d'une grande maîtrise avec son texte qui ne comporte aucune majuscule (couverture, faux-titre et titre compris sont en effet résolument composés en minuscules), tandis que le choix de la bichromie (les caractères des titres et de la pagination sont imprimés en vert) vient rythmer la présentation de chaque poème et sont un parfait contrepoint aux délicats dessins d'Henri Laurens.
Très belle reliure de grande maîtrise plastique de Georges Leroux, élaborée en 1968. 
27489
 
envoyer
Merci pour votre message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top