Paris, Grasset, [28 mars] 1938
1 vol. (122 x 190 mm) de 288 pp. et 3 ff., reliure moderne, dos lisse, couvertures et dos conservés, étui.
Edition originale de la traduction française. 
Un des 18 exemplaires sur Hollande
(n° 10), après 15 japon.
Stefan Zweig n'est pas un marin ; c'est néanmoins à bord d'un paquebot qui le conduisait vers l'Argentine que, saisi par la honte d'une navigation trop confortable, le grand écrivain autrichien conçut l'idée de consacrer une biographie à Magellan et aux souffrances des premiers découvreurs. Depuis le journal de bord du navigateur italien Antonio Pigafetta, le tour du monde de Magellan a donné naissance à des ouvrages qui ont suivi le sillage du Victoria, par des spécialistes comme Léonce Peillard, ou encore au gros volume issu du minutieux travail de recherche effectué par l'Américain Tim Joyner. 
Pourtant, le livre de Stefan Zweig demeure le plus beau texte consacré à l'aventure du Portugais et de ses compagnons. Attiré par les destins d'exception comme ceux de Joseph Fouché, Marie-Antoinette,  ou Marie Stuart, Zweig confirme une nouvelle fois son immense talent, sa compréhension des êtres et de leurs sentiments : extrèmement  bien documenté, il embrasse un vaste sujet en brossant un brillant tableau des conditions économiques et politiques du début du XVIe siècle, évoquant aussi de la façon la plus vivante et la plus exacte les péripéties d'une navigation riche de mille aventures, illustrant cette constatation: « Une idée animée par le génie et portée par la passion est plus forte que les éléments réunis ». 
19440

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top