Paris, Éditions de la Nouvelle Revue française, coll. « Le Point du jour », (25 juin) 1951
1 vol. (145 x 195 mm) de 365 p. et 1 f. Autruche rouge, décor au titre mosaïqué en 6 couleurs sur le plat, dos lisse, titré doré, tranches dorées sur témoins, doublures et gardes de box olive, couverture et dos conservés, chemise en demi-autruche rouge, étui bordé (reliure signée de Devauchelle, 2000).
Exemplaire Éluard.
Édition originale. Exemplaire imprimé du service de presse.
Envoi signé : « à l’ami Paul [Éluard], l’ami Jacques », enrichi par deux beaux dessins en couleurs.
Second recueil que publie Prévert, Spectacle apparaît tel un curieux divertissement, un singulier mélange festif où sketches, saynètes et tableaux se succèdent. Spectacle nous rappelle que Jacques Prévert, s’il a travaillé longtemps pour le cinéma, a écrit aussi, entre 1932 et 1936, un certain nombre de courtes pièces de théâtre, jouées à l’origine par le groupe Octobre, né de la rencontre du surréalisme et du mouvement ouvrier. Lazare Fuchsmann, un militant communiste, animateur d’une petite troupe d'amateurs - « Le groupe de choc Prémices » - fit la connaissance de Prévert par l’intermédiaire de Paul Vaillant-Couturier, alors rédacteur en chef de L’Humanité et de Léon Moussinac, un critique dramatique et cinématographique, inspirateur de la Fédération du théâtre ouvrier français (FTOF). C'est de cette période que sont issus les textes de Spectacle. Ils sont regroupés en 1948, à la suite d'un accident de Prévert : il tombe de la fenêtre d’un studio de la radiodiffusion française en s'appuyant sur une porte-fenêtre et reste plusieurs jours dans le coma. La longue convalescence obligée lui donnera l’occasion de rassembler ces textes de jeunesse. Margot Capelier, ancienne du groupe Octobre, l’assistera : c'est à Saint-Paul-de-Vence, sous la dictée de l’écrivain, qu'elle mettra en forme les textes destinés au volume.
 

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top