Paris, Nouvelles Editions Fournier, 1945
1 vol. (170 x 255 mm) de 241 p. En feuilles, chemise et étui éditeur.
Première édition illustrée.
40 illustrations en couleurs par Albert Dubout, reproduites au pochoir par Beaufumé.
Précieux exemplaire nominatif de l'artiste, imprimé à son attention. 
Envoi signé
: " pour mon cher Albert Dubout, avec mon affection et mon admiration, son ami, Marcel Pagnol ".
La collaboration de Marcel Pagnol et d'Albert Dubout à partir de 1936 est capitale pour la compréhension de leur oeuvre respective et doit être envisagée en fonction d'une dynamique commune de la création dans trois domaines : la construction des personnages, la mise en scène de la sociabilité et l'art du conteur. 
Homme de théâtre, avant même d'être cinéaste et romancier, Pagnol a laissé la part belle aux acteurs à la forte personnalité, tel Raimu, pour incarner ses héros. Entre la fiction et la réalité du jeu théâtral, puis filmique, les contours sociologiques et psychologiques des personnages sont simplifiés, préparant la voix à la stylisation des types de Dubout. L'artiste a en effet réalisé dans ses dessins une synthèse entre le jeu d'acteur et les effets caricaturaux, contribuant, grâce à la manipulation de stéréotypes, à populariser et à fixer l'image des vedettes de Pagnol.Par ailleurs, de même que pour l'écrivain, la vie est une scène de théâtre, Dubout a toujours eu un sens profond de la scénographie, au coeur de la réalité de tous les jours. Il arrive, comme dans l'affiche réalisée pour Fanny, que le vieux port de Marseille soit métamorphosé en scène de théâtre ou en plateau de cinéma.La conception très organique qu'avait Pagnol de la société et qui s'inscrivait dans le tissu urbain pouvait séduire Dubout qui affectionnait les rapports de force et les oppositions binaires en de vigoureux contrastes. Ainsi, la table de bistrot est le lieu par excellence où s'exercent les rivalités sournoises ou déclarées et où la convivialité est indissociable de la compétition. La dynamique qui régit des rapports souvent contradictoires peut aussi être d'ordre mental : le monde que nous découvrons dans la trilogie, ainsi limité par le mode de vie des protagonistes et leur imaginaire, est circulaire.Pour l'écrivain de la parole que fut Pagnol, l'art du conteur constitua un lien entre roman et théâtre. Dubout, pour sa part, très attentif aux légendes de ses dessins, s'est plu à reconstituer des histoires sans parole, comme dans un récit à épisodes. Les scènes de Dubout offrent un certain nombre d'équivalents à l'art de la digression, renvois, répétitions, réutilisation des mêmes effets. 
" À l'instar de l'écrivain, l'artiste a alterné dans ses évocations ordre et désordre, tout en embellissant les faits et en gardant ses distances avec la vraisemblance du récit. Maître du jeu, il laisse libre cours à son imagination débridée, ponctuée parfois de connotations comiques et grivoises.En habiles conteurs, Pagnol et Dubout revendiquent l'un et l'autre le droit à la subjectivité et à l'émotion, permettant au lecteur-spectateur d'être à la fois voyeur et acteur de leurs scènes. Surtout, les illustrations des romans de Pagnol ont donné à Dubout l'occasion de développer son propre sens de la poésie, valorisant l'harmonie entre l'homme et la nature. Placée sous le signe de la liberté, la collaboration de Pagnol et de Dubout a été riche et fructueuse, car l'artiste et l'écrivain ont trouvé un terrain d'entente privilégié dans l'amour de la vie et l'intérêt qu'ils portaient aux mythes " (Marcel Pagnol et Albert Dubout : la dynamique de la création, par Solange Vernois).
Exemplaire d'idéale provenance. 
27860

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top