1 feuillet (210 x 285 mm), crayon, feutre et aquarelle.

Geisha en costume traditionnel. Mention au dos du feuillet : "Suzuki version I acte I".
Kenzo Takada, l'un des créateurs de mode les plus extravagants du XXe siècle, est né en 1939 dans la ville de Himeji au Japon. Fasciné par les magazines de mode et les images de Paris des films de la nouvelle vague depuis sa plus tendre enfance, il s'est rendu à Paris en 1964 après que son immeuble a été démoli pour faire place aux Jeux olympiques de Tokyo. En 1970, il ouvre sa première boutique dans la Galerie Vivienne, surprenant le public français par son esthétique audacieuse faite de couleurs vives et de motifs contrastés. Inspiré par les créateurs de haute couture émergents de l'époque, comme Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld, Kenzo devient l'un des principaux créateurs de la haute couture à Paris, modifiant les normes et les goûts de la décennie.
Tout au long de sa vie, Takada faisait référence à la culture japonaise à différents degrés. À partir de 2010, Kenzo a organisé ses expositions d'art dans le monde entier, présentant sa série de kimonos imprimés de fleurs qui rappellent les motifs pour lesquels sa marque est connue. En 2019 il a conçu des costumes pour une production de Madame Butterfly  par la Fondation de l'Opéra Nikikai de Tokyo, reconsidérant une fois de plus le style vestimentaire traditionnel japonais.
Ce magnifique dessin est l'un des croquis pour les costumes de geishas présentes dans l'Opéra. 
"C'est un projet difficile", a déclaré Takada lors de l'interview qu'il donna au Japan Times en septembre 2019, "pour coordonner les costumes aux directives du réalisateur et à la vaste quantité de composants qui entrent dans une production musicale." Les costumes de l'héroïne de "Madama Butterfly" comportent des graphismes floraux, tandis que les personnages environnants revêtiront des costumes simples aux tons pastel pour compléter les tenues de l'actrice principale. "Je voulais respecter la tradition autant que possible", explique-t-il à propos de ces créations. "J'ai toujours pensé que le kimono a un aspect très moderne et peut-être que cela pourrait être l'occasion pour certains de témoigner de cette modernité, que ce soit à Tokyo ou à Dresde (...)  En tant que costumier, j'ai essayé de saisir les récits de Puccini tout en dessinant la spiritualité japonaise aussi fidèlement que possible. Cela devrait faire rêver le public et le faire voyager dans l'extase."
Si il existe de nombreux croquis préparatoires et dessins du grand couturier (Kenzo avait déclaré, lors de la publication de son ouvrage où 350 d'entre avaient été reproduits, qu'il en avait crée près de 5,000*), les dessins aboutis à l'aquarelle sont d'une grande rareté. Ceux du dernier grand projet que constitue Madame Butterfly font partie des plus rares. 
Superbe réalisation, d'une grande finesse.
Nous disposons de plusieurs autres croquis et dessins originaux de Kenzo.
Détails sur demande. 


* " Pourquoi mon livre est-il essentiellement composé de dessins? C'est une idée de Kazuko Masui qui m'a demandé pendant vingt ans de lui donner des croquis, mais je refusais continuellement. Puis j'ai fini par accepter. Nous avons choisi d'en publier 350 sur plus de 5000 que j'ai dessinés (...) En ce moment, j'écoute beaucoup l'opéra Madame Butterfly, dont je ferai les costumes l'année prochaine à Tokyo." (Le Figaro, Un dernier verre avec Kenzo Takada, Sophie de Santis, novembre 2018, à la suite de la parution de Kenzo Takada de Kazuko Masui, Éditions du Chêne)



English translation:
Geisha in a traditional costume. Note on the back of the sheet: "Suzuki version I act I".
Kenzo Takada, one of the most extravagant fashion designers of the 20th century, was born in 1939 in the town of Himeji, Japan. In 1970, he opened his first boutique in the Galerie Vivienne, surprising the French public with his bold aesthetic of bright colours and contrasting patterns. Inspired by the emerging haute couture designers of the time, such as Yves Saint Laurent and Karl Lagerfeld, Kenzo became one of the leading designers in Paris, changing the standards and tastes of the decade.
Throughout his life, Takada referred to Japanese culture to varying degrees. Starting in 2010, Kenzo held his art exhibitions around the world, showcasing his series of flower-printed kimonos reminiscent of the motifs for which his brand is known. In 2019, he designed costumes for a production of Madame Butterfly by the Nikikai Opera Foundation in Tokyo, once again reconsidering traditional Japanese dress style.
This beautiful design is one of the sketches for the geisha costumes in the opera. 
"It's a challenging project," Takada said in an interview he gave to The Japan Times in September 2019, "to coordinate the costumes to the director's guidelines and the vast amount of components that go into a musical production." The costumes for the heroine of "Madama Butterfly" feature floral graphics, while the surrounding characters will be donning simple pastel-toned costumes to complement the leading actress' outfits. "I wanted to respect tradition as much as possible," he explains the designs. "I've always believed that kimono look very modern and perhaps this could be an opportunity for some to witness that modernity, whether it is in Tokyo or Dresden. (...) As a costume designer, I tried to grasp Puccini’s narratives while drawing Japanese spirituality as accurately as possible. It should make the audience dream and travel in ecstasy."
While there are many preparatory sketches and drawings by the great couturier (Kenzo had declared, at the time of the publication of his book in which 350 of them were reproduced, that he had created nearly 5,000*), the finished watercolour drawings are of great rarity. These drawings belong to the last Kenzo’s major project, Madama Butterfly, and are among the rarest. 
"Why is my book mainly composed of drawings? It was Kazuko Masui's idea. For twenty years she asked me to give her sketches, but I kept refusing. Then I finally agreed. We chose to publish 350 of more than 5,000 I drew (...) At the moment, I'm listening a lot to the opera Madame Butterfly, for which I'll be doing the costumes next year in Tokyo." (Le Figaro, Un dernier verre avec Kenzo Takada, Sophie de Santis, November 2018, following the publication of Kenzo Takada by Kazuko Masui, Éditions du Chêne)

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top