Paris, Flammarion, (décembre) 2018
1 vol. (135 x 210 mm) de 347 p. et [2] f. Veau blanc estampé, titre à l'oeser rouge, contreplats bord à bord de veau rouge estampé, gardes de chèvre velours blanc, tranches dorées à l'or blanc, couvertures et dos conservés, chemise et étui bordé (reliure signée de Louise Bescond, 2021 - titrage C. Ribal).
Édition originale.
Un des 200 premiers exemplaires sur vélin Rivoli Arjowiggins (n° 68).
Sérotonine est un précis de décomposition, où il est question du déclin de l'Occident (de l'Union européenne, de la France, de Dieu). Le héros, Florent-Claude Labrouste, est un ingénieur agronome de 46 ans, employé au ministère de l'agriculture et en couple avec une Japonaise de 26 ans, qui se meurt « de chagrin » et doit sa survie à un médicament, le Captorix, qui stimule la production de sérotonine, une « hormone liée à l'estime de soi ». Il décide de disparaître. D'abord dans un hôtel Mercure près de la place d'Italie, puis en Basse-Normandie, « un territoire à l'abandon, peuplé d'agri-culteurs suicidaires et condamnés par la politique européenne de Bruxelles ».
Houellebecq, l'écrivain de la solitude de l'homme contemporain, cogne toujours sur le même clou, avec obstination, quitte à simplifier, avouant pour autant que, oui, « enfin je simplifie, mais il faut simplifier sinon on n'arrive à rien ». Houellebecq dévoile ainsi son intention : « Si nous avions été dans une comédie romantique, j'aurais fait ainsi [...]. Eussions-nous été dans un film porno que la suite eût encore été bien davantage prévisible [...]. Nous étions dans la réalité, de ce fait, je suis rentré chez moi ». Implacable machine.
24353

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top