Paris, Librairie José Corti, (30 avril) 1948. 
1 vol. (188 x 123 mm) de 149 p. Broché. 

Édition originale.
Un des 60 exemplaire sur pur fil (n° 77), seul grand papier après  45 exemplaires sur vélin Marais.
Envoi signé : " à Paul Bonet, qui a aimé le "château d'Argol", cette pièce qui puise avec liberté dans la matière de Bretagne, et où j'ai voulu me délivrer d'un mythe obsédant. En toute amitié 18-12-48 Julien Gracq "
Seule pièce de théâtre de Gracq, Le Roi pêcheur est inspiré du mythe arthurien. « Perceval, si les hommes se retournaient seulement une bonne fois, ils verraient se dresser derrière eux autant de Sodomes et de Gomorrhes levées de chacun de leurs pas et capables de les changer en statues de sel. » Justifiant, dans son avant-propos, l'emprunt qu'il fait pour cette pièce au mythe de la Table Ronde, parce qu'il convient de faire confiance au « pouvoir de renouvellement indéfini de la poésie la plus pure - la plus magique », Julien Gracq insiste sur ce qu'il lui semble, au coeur de ces légendes, ce « tête à tête fascinant et interminable avec ce que de lui-même il a tiré de plus pur, de ne pouvoir faire autre chose que de répéter l'exaltante et désespérante formule : «Je ne puis vivre ni avec toi, ni sans toi.» »
Exemplaire de Paul Bonet.
L'amitié entre les deux hommes fut longue et constante. C'est à Paul Bonet que Gracq confiera, cette même année 1948, son propre exemplaire en grand papier du Château d'Argol - l'un des trois imprimés sur alfa. Paul Bonet aura l'honneur d'en relier un second, en 1965, et officiera également pour Liberté Grande, La Littérature à l'estomac, Prose pour l'étrangère et Un beau ténébreux. Julien Gracq lui rendra hommage en 1981, en préfaçant l'édition de ses Carnets 1924-1971 (Paris, Blaizot, 1981) : "Quand je regarde et que je touche ses reliures, je ne doute pas une seconde que son métier d'ornemaniste hors de pair ait été le garant d'une vie favorisée, parce qu'elle a résolu jusqu'à l'évidence le problème particulier à tout art annexe, qui est celui du mariage heureux d'une liberté" et d'une fidélité (…) une noblesse de service : en elle se conjuguent le libre arbitre et l'engagement, l'indépendance du choix et l'abnégation enrichissante qui consiste, en puisant soi-même à une source, à ajouter pour les autres à la manière de s'y désaltérer".
Bel exemplaire de belle provenance. 
Paul Bonet a conservé en fin l'invitation pour la première de la pièce, le 27 avril 1948 (décharge du billet sur le feuillet de justification de l'exemplaire).
envoyer
Merci pour votre message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top