[Trie-Château (Oise)], 8 juillet 1914
1 page in-8, adresse autographe au verso « Monsieur André de Fresnois. 17, rue Rousselet. Paris ».
Important et émouvant document, mentionnant les deux derniers lieux de résidence d’Alain-Fournier avant sa mobilisation.
« Je ne sais si l'on vous a transmis de La Revue critique ce que j'avais fait dire pour vous, au téléphone, en réponse à votre lettre. Je vous proposais, pour le cas où vous auriez eu besoin de causer avec moi, de venir jusqu'à Trie et d'y passer une demi-journée. Je vousdonnais aussi mon adresse jusqu'à mercredi : Teleph. 3 - à Trie- Château - Oise Poste. / chez M. Casimir Périer Au château de Trie-la-Ville / par Trie-Château - Oise Après le 15 juillet : Villa Souberbielle / À Cambo / Basses-Pyrénées Je serai à Paris mercredi matin et, si vous le désirez, nous pouvons nous voir... »
En mai 1912, Alain-Fournier devient le secrétaire de Claude Casimir-Perier, fils de l'ancien président de la République, à qui Charles Péguy l'avait présenté. Il devient également l'amant de son épouse, Pauline Benda-Perier, comédienne célèbre connuesous le nom de Madame Simone. Il est ainsi régulièrement accueilli dans leur propriété de Trie-la-Ville (près de Gisors, dans le Vexin normand) ou dans la villa Souberbielle à Cambo-les-Bains, près d'Espelette au pays Basque, louée chaque été par les Perier. C'est dans ces deux lieux qu'il commencera l'écriture de son second roman, Colombe Blanchet, qui demeurera inachevé. L'écrivain séjourne donc dans le Vexin jusqu'au 15 juillet, avant de partir avec les Perier vers les Pyrénées, où il ne restera que quinze jours : mobilisé le 1er août 1914, il rejoindra sa garnison de Mirande sans repasser par Paris. Il tombera à Verdun dans l'après-midi du 22 septembre.
Très émouvant document, puisque son destinataire, André du Fresnois, connaîtra le même destin tragique : la mobilisation conduit le jeune homme, écrivain et critique littéraire à la Revue critique, sur le front de Lorraine, dès les premier jours du conflit. Il tombe le 22 août lors des combats à Courbesseaux, lors des batailles du Grand-Couronné pour protéger Nancy.
24365

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top