Paris, Seghers, sur les presses de l'imprimerie Union, (22 octobre) 1953
Poème-objet (dépliant 32 x 127 cm) formé de 3 feuilles pliées de diverses largeurs (48, 48 et 31 cm) assemblées au dos, formant un accordéon en huit volets, emboîtage moderne avec premier plat en plexiglas.
Première édition illustrée et premier tirage. 
Tirage limité à 238 exemplaires.
Un des 226 sur papier d'Auvergne de Richard de Bas (après 12 exemplaires sur toile coloriés à la main), décorés au pochoir par Albert Jon d'après la composition originale de Fernand Léger. 
Celui-ci est l'exemplaire 'C' parmi les 26 hors commerce, justifié à la plume.
Éluard et Léger se sont rencontrés après la Seconde Guerre mondiale. Plus encore que leur engagement politique - tous deux étaient membres du Parti communiste -, ils partageaient l'inspiration artistique. Fernand Léger peint ainsi en 1947 un portrait d'Éluard. Impressionné par Les Constructeurs, ce dernier rédigera « À Fernand Léger ». Une collaboration était donc attendue, mais elle n'aura pas lieu du vivant du poète, qui décède le 18 novembre 1952. À l'initiative de Pierre Seghers, est décidée l'édition du texte emblématique d'Eluard résistant, « Liberté », dix ans après sa parution originale dans Poésie et vérité 1942. Le texte est alors composé par les typographes de l'Imprimerie Union, dirigée par Louis Barnier depuis 1950, tandis que Fernand Léger travaille, avec ses élèves, à la grande illustration du poème, sous la forme d'une dépliant en accordéon, illustré au pochoir.  
Le tirage est limité à 238 exemplaires. Il sera augmenté d'un retirage en sérigraphie réalisé à Marseille, à 2000 exemplaires, dans un format plus petit.
Bénézit 8-441 ; Monod 4214 ; Saphire, Fernand Léger. L'Œuvre gravée, p. 300.
envoyer
Merci pour votre message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top