Six poèmes

Walt Whitman

Six poèmes

Paris, Editions du relieur A. J. Gonon, (30 octobre) 1919.
1 vol. (320 x 430 mm) de [24] p. En feuilles, sous couverture de papier marbré, titre doré au premier plat.

Édition originale.
Un des 14 premiers exemplaires réimposés sur vieux japon (n° 2), après un exemplaire unique contenant les dessins.

Justifié et signé par l’éditeur et l’illustrateur, avec un envoi de Gonon : “A Monsieur Eugenio Lopez Zudela. Hommage de cet essai de typographie. A. J. Gonon”.

C’est à Jules Laforgue que l’on doit les premières traductions de poèmes entiers de Whitman, parues dans la revue symboliste La Vogue en 1886. Whitman avait donné son assentiment à une traduction complète, qui ne verra jamais le jour, puisque Laforgue meurt en 1887. En 1909, paraît une traduction intégrale, qui n’est pas le fait d’un poète, mais de Léon Bazalgette, qui choisit de gommer toutes les ambiguïtés sexuelles de la poésie de Whitman, en féminisant par exemple systématiquement l’interlocuteur amoureux. C’est en réponse à cette lecture très partiale que s’élabore le projet de traduction collective qui paraîtra en 1918, préfacée par Valéry Larbaud, et qui réunit une anthologie de textes traduits par André Gide, Valéry Larbaud, Léon Fabulet, Francis Vielé-Griffin, tout en reprenant ceux de Laforgue.

C’est ce même Léon Bazalgette qui livre ici ces poèmes, illustrés par Jean Lurçat, dont c’est le premier livre : le recueil contient “Une femme m’attend” ; “Le corps d’un homme aux enchères” ; “J’ai traversé naguère une ville populeuse” ; “Combien de temps fûmes-nous entravés, nous deux” ; “Vingt-huit jeunes hommes se baignent près du rivage” ; “Chant pour toutes les mers, tous les navires”

29282

1 200,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.