Voyage au bout de la nuit

Louis-Ferdinand Céline

Voyage au bout de la nuit

Paris, Denoël et Steele, 1932.
1 vol. (110 x 180 mm) de 623 p. Demi-chagrin havane à coins, dos à nerfs orné, titre doré, tête dorée, couvertures et dos conservés (reliure de l’époque).

 

Édition originale.
Un des [150] exemplaires sur papier Alfa (n° 43).

 

Avant même son succès en librairie, l’ensemble de la critique avait réagi à ce « livre de génie, mais criminel » selon le mot de Paul Valéry. L’agitation redouble quand éclate l’affaire du Goncourt 1932. « M. Céline a raté le prix Goncourt, écrit Georges Bernanos. Tant mieux pour M. Céline. On n’a pas vu, on ne verra donc plus jamais – Dieu soit loué ! – M. Céline couronné par M. Gaston Chérau, Maupassant de sous-préfecture. » Bernanos rendait ainsi hommage à l’auteur qui avait scandalisé « ceux que le spectacle de la solitude du pauvre, de son effrayant exil, incite au désespoir plus qu’à la compassion – nous voulons dire à toutes les audaces, à toutes les colères, à toutes les fureurs de la compassion. »

 

Si l’on sait qu’il existe 20 exemplaires de tête sur vergé d’Arches du Voyage au bout de la nuit, aujourd’hui tous recensés, le nombre des exemplaires sur alfa est plus incertain : 100 ont été numérotés (de 1 à 100), d’autres lettrés (de A à Z), sans qu’un recensement complet existe ; parmi ces derniers, beaucoup semblent avoir un lettrage manquant, et d’autres portant la mention  complémentaire “d’exemplaire hors commerce”, certains étant nominatifs ! – ces exemplaires le plus souvent avec envoi (on en connaît une vingtaine).

Au total, il s’agirait donc d’une production d’environ 150 exemplaires sur ce papier.

Les exemplaires restés brochés ou dans une stricte reliure contemporaine, comme ici, sont rares.

 

En Français dans le texte, 366 ; Dauphin & Fouche 32A1

 

29195

12 000,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.