Voyage à Rodrigues

J.-M.-G. Le Clézio

Voyage à Rodrigues

Paris, Gallimard, (6 février) 1986
1 vol. (140 x 205 mm) de 135 p. et [1] f. Broché, non coupé.


Édition originale.
Un des 41 premiers exemplaires sur vergé de hollande (n° 9).

Inspiré par la vie de son grand-père, Léon, et se nourrissant de mythes tant bibliques que littéraires, ce journal rédigé à la première personne fait suite au Chercheur d’or. L’écrivain – issu d’une famille bretonne émigrée sur l’île Maurice au XVIIIème siècle – y retraçait la quête d’un trésor enfoui dans l’île de Rodrigues, au nord-est de Maurice. Un an plus tard, Le Clézio livre le récit de sa propre enquête, sur les traces de son grand-père et, partant, des lieux où pourrait se nicher le fameux butin sur ce bout de terre de l’océan Indien.

Autrefois déserte, l’île de Rodrigues s’est peuplée au fil des espoirs et des rêves de marins bretons, d’esclaves africains, de marchands indiens ou de négociants chinois… Tous, à leur façon, sont les descendants de chercheurs d’or, ou de quelque chose d’autre : « Il y a le vide du ciel, l’appel de la mer, les oiseaux, les lames des vacoas, cette ivresse de la pierre brûlée, de la mer et du vent qui forment Rodrigues. »

L’écrivain a inauguré sur place une plaque en avril 2018 : dans le marbre, il y a fait graver cet extrait du Voyage à Rodrigues : « Il y a un hors du temps, ici, à Rodrigues, qui effraie et tente à la fois, et il me semble que c’est bien le seul lieu du monde où je puisse penser à mon grand-père comme à quelqu’un de vivant. Visibles encore, comme s’ils dataient de la veille, les coups de pioche qu’il a donnés sur la paroi du ravin, au fond du cul-de-sac, à droite et à gauche. » Et si Léon avait raison ? Rodrigues nous cache peut-être quelque chose…

 

29459

Vendu
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.