Un singe en hiver

Antoine Blondin

Un singe en hiver

Paris, La Table Ronde, (7 octobre) 1959.
1 vol. (130 x 185 mm) de 273 p. et 1 f. Box bicolore orange et gris perle, orné d’un décor mosaïqué rehaussé d’un réseau de filets noirs, titre et dos bicolores, tête dorée, couverture et dos conservés (reliure signée de Leroux, 1960).

Édition originale.
Un des 15 premiers exemplaires sur hollande (n° XI).

Pensée autographe signée au faux-titre : “Un matin, levant les yeux, j’éprouve l’étrange impression que Marie est seule sur la plage… et ainsi de suite… Il se trouve que le (sic) singes se débinent un peu partout. Antoine Blondin“.

Exceptionnel exemplaire, relié par Georges Leroux quelques mois après sa parution.
Nous ne connaissons aucun autre exemplaire en reliure signée aussi précoce, qui plus est à décor, qui plus est avec autographe.

Des 15 exemplaires de tête, six nous sont seulement connus. Deux sont brochés, et quatre sont reliés, tous après 1970 (par Micheline de Bellefroid, par Miguet, par Martin, par Alix). Un possède un envoi, un autre une pensée autographe, comme sur notre exemplaire.

Un singe en hiver prend comme point de départ la rencontre  – alcoolisée – entre l’hôtelier Albert Quentin, ancien fusilier marin en Extrême-Orient, et le jeune jeune publicitaire Gabriel Fouquet, lequel débarque à Tigreville pour rendre visite à sa fille Marie, pensionnaire dans le village, et oublier l’échec de sa vie sentimentale avec Claire, partie vivre à Madrid. Pour retourner en Chine ou rêver que l’on torée dans une arène madrilène, il faut un certain véhicule : « Oh là, là ! Le véhicule, je le connais : je l’ai déjà pris. Et ce n’était pas un train de banlieue, vous pouvez me croire. Monsieur Fouquet, moi aussi, il m’est arrivé de boire. Et ça m’envoyait un peu plus loin que l’Espagne. Le Yangzi Jiang, vous en avez entendu parler, du Yangzi Jiang ? Cela tient de la place dans une chambre, moi je vous le dis ! ». Les dialogues d’Audiard, dans le film, rendront justice au roman de Blondin ; leur abondance bravache est un savant prolongement oral de la merveilleuse langue de Blondin, une langue riche où les tournures raffinées voisinent avec le trait d’esprit saillant et une certaine gouaille populaire, au service du récit. Elle traduit de manière à la fois délicate et impressionniste les errements de la conscience des personnages.

Dans cette ode amère aux voyages, ceux que l’on a faits durant sa jeunesse enfuie et ceux que l’on ne fera plus jamais, l’alcool tient une place prépondérante. Si Quentin a renoncé à ce vice dix ans plus tôt, suçant désormais au milieu de la nuit des bonbons à l’anis en guise de compensation, Fouquet, « désaltère égo » de Blondin, tente lui d’oublier sa douleur et sa solitude en se noyant dans la boisson.

Comme dans la plupart des livres de Blondin, lesquels évoquent avant tout, comme disait Ferré, « des problèmes d’hommes simplement ; des problèmes de mélancolie », les deux lascars finiront par se rapprocher, avec comme point culminant la mémorable cuite qui, après une mythique corrida avec des voitures, les poussera à tirer un mémorable feu d’artifice sur la plage. Lumière et chaleur d’un moment éphémère : ce feu, d’artifice, n’en est en rien artificiel : il permet aux coeurs de s’ouvrir et de se rapprocher, entre outrances éthyliques et confessions sincères que Blondin sait rendre belles et mélancoliques avec un style à nul autre pareil.

Il est joint à l’exemplaire deux tirages photographiques de plateau, représentant Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo.

Très bel exemplaire. 

29429

32 000,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.