Sous le soleil de Satan

Georges Bernanos

Sous le soleil de Satan

Paris, Plon, [25 mars] 1926.
1 vol. (170 x 255 mm) de 363 p. et 2 f. Maroquin noir, dos lisse, titre doré, tranches dorées sur témoins, doublures et gardes d’agneau velours rouge, double couverture et dos conservés, étui bordé (reliure signée de Loutrel).


Édition originale.

Un des 20 premiers exemplaires sur vergé d’Arches, signé (n° 3), pour les XX.

Ce tirage – d’une grande rareté – constitue le véritable tirage de tête d’un des plus importants romans du siècle dernier : Sous le soleil de Satan.

Ce tirage à 20 exemplaires n’est pas annoncé à la justification de l’édition Plon, lequel n’annonce que les exemplaires sur alfa et les 212 exemplaires “de tête” sur vélin de Voiron.

Néanmoins, depuis 1898, un groupe de bibliophiles, “les XX”, construit méticuleusement, année après année, une cathédrale littéraire, pour laquelle ils éditent et impriment, toujours concomitamment au tirage original, une édition réservée à leur propre usage et leur bon plaisir, sur papier vergé d’Arches filigrané à leur “société des XX”.

Ce tirage secret, à petit nombre, hors commerce, est réimposé, proposé sous une double couverture – elle aussi à leur chiffre et logotype des “XX” et, last but not least d’un ultime ravissement bibliophilique, ils obtiennent de l’auteur du titre élu qu’il signe, pour chacun d’eux, l’exemplaire idoine.

160 titres sont aujourd’hui connus, publiés entre 1898 et 1938.

Parmi eux, Barrès, Lorrain, Mirbeau, Renard, Loti, Gourmont, Jarry, Huysmans, Pergaud, Claudel, Gide, Maurois, Carco, Giraudoux, Malraux, Mauriac, Morand, Genevoix, Bove, Giono, Chardonne, Green, et jusqu’à la Varende, pour le dernier titre publié.

Sous le soleil de Satan est l’un titres les plus rares, et les plus recherchés, à raison.

Dans le concert de protestations suscitées par la première Guerre Mondiale, résonne une voix discordante, ni réaliste ni surréaliste, mais allégorique. C’est celle d’un catholique de combat qui s’insurge contre la laïcisation de la société et se dresse contre le nihilisme des années folles.

Pareille croisade spirituelle condamne Georges Bernanos au purgatoire des Lettres. Toutefois, à relire son premier roman, sans a priori métaphysique, on ne peut qu’être sensible à l’ardeur de vivre dont il témoigne, à l’énergie d’une jeunesse qui préfère l’échec à la médiocrité, à l’indépendance de jugement d’un homme de foi sans illusion – jugez plutôt : « pour beaucoup de niais vaniteux que la vie déçoit, la famille reste une institution nécessaire puisqu’elle met à leur disposition un petit nombre d’êtres faibles que le plus lâche peut effrayer. Car l’impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d’autrui.” Après un bref retour en France, l’exil de Bernanos qui avait commencé avant la guerre où il était parti en Amérique latine, se poursuit en Tunisie, à Gabès. Il devait décrire plus tard comment ses deux personnages, clefs de voûte de son roman se sont imposés à lui : « Je me revois encore, un soir de septembre, la fenêtre ouverte sur un grand ciel crépusculaire. Je pensais à l’ingénieux P.-J. Toulet […]. Puis cette petite Mouchette a surgi (dans quel coin de ma conscience ?) et tout de suite elle m’a fait signe, de ce regard vide et anxieux. – Ah ! comme la naissance d’un livre sincère est chose légère, furtive et difficile à conter… J’ai vu la mystérieuse petite fille entre son papa brasseur et sa maman. J’ai imaginé peu à peu son histoire. J’avançais derrière elle, je la laissais aller. Je lui sentais un coeur intrépide… Alors peu à peu, s’est dessinée vaguement autour d’elle, ainsi qu’une ombre portée sur le mur, l’image même de son crime… La première étape était franchie, elle était libre. »

28098

16 000,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.