Portrait pour Fernandel

Marcel Pagnol

Portrait pour Fernandel

S.l.n.d. [circa 1938]
1 tirage argentique (240 x 295 mm) en noir, sous verre.

 

Précieux portrait photographique de Marcel Pagnol, dans les années 30.

C’est le seul portrait dédicacé de l’auteur et réalisateur fétiche de Fernandel que l’acteur possédait
.

Dédicace en marge inférieure :

« à mon ami Fernandel. Saturnin – Gédémus – Schpountz,
avec mon admiration et mon affection.
Marcel Pagnol 1937 ».

 

Marcel Pagnol cite ici les personnages que Fernandel, « celui qui possède le don de faire rire des êtres qui ont tant de raisons de pleurer », a incarné dans les trois premiers pour lesquels Pagnol le fit tourner :  Angèle (pour Saturnin), Regain (pour Gédémus) et Le Schpountz, (pour le rôle-titre), qui fit de lui une star. « C’est à Pagnol, dira Fernandel, que je dois d’avoir pu prouver que j’étais un vrai comédien», avouera-t-il.

Ces trois seules mentions permettent de dater la dédicace des années 1938-1939, avant la suite de leur collaboration. C’est incontestablement aux films de Marcel Pagnol que Fernandel doit sa carrière à la fin des années 30, où les triomphes se multiplient : Angèle (1934), Regain (1937), Le Schpountz (1938), La Fille du puisatier (1940), Naïs (1945), et plus tard Topaze (1951).

Chevalier de la Légion d’honneur en 1953, son discours d’introduction sera donné par Marcel Pagnol, qui fut son acolyte au début de la guerre au service Cinématographique des Armées. On leur donne une mission : tourner un film susceptible de participer au rapprochement franco-italien. Ce sera la Fille du Puisatier qui sera achevé après l’Armistice. Une brouille entre les deux hommes aura lieu dix ans plus tard : le refus de Fernandel d’incarner Ugolin dans Manon des Sources – en raison de trop nombreux engagements pris par l’acteur – met Pagnol en rage, sur le tournage de Carnaval (1953) dont la réalisation sera in fine confiée à Verneuil car Pagnol est lui-même débordé, ce qui agace l’acteur, qui se sent trahis. Le ton monte, et Pagnol réagira en plein plateau, qualifiant l’aceur de  “grimacier”. La fâcherie durera près de 20 ans.

Les deux hommes se réconcilieront sur le tard, et Marcel Pagnol dira de lui après sa mort : « Il a été l’un des plus grands et des plus célèbres acteurs de notre temps et l’on ne peut le comparer qu’à Charlie Chaplin ».

 

27191

3 500,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.