Papillon

Henri Charrière

Papillon

Paris, Robert Laffont, coll. « Vécu », (21 mai) 1969.
1 vol. (155 x 240 mm) de 516 p., 1 et [1] f. Broché, sous couverture illustrée à rabats.

 

Édition originale (pas de grands papiers).

Préface de Jean-Pierre Castelnau.
Suivi de « Papillon ou la littérature orale » par Jean-François Revel.

 

Envoi signé : « À Jean-Jacques Pauvert, c’est à toi sympathique et courageux éditeur que j’avais écrit pour publier mon livre. Les circonstances n’ont pas voulu que cela se fasse. Mais je n’oublierai jamais que j’ai rencontré ce merveilleux type, J.-Pierre Castelnau. Amicalement, Papillon ».

Avec un autre envoi (de Jean-Pierre Castelneau à Jean-Jacques Pauvert ) au verso de la page de garde.

” Il faut, pour mesurer l’intérêt des deux envois autographes apposés sur ce livre – qui en font un exemplaire idéal – recourir aux mémoires de Jean-François Revel (Le Voleur dans la maison vide, Plon, 1997), qui fut chez Robert Laffont responsable de l’édition de Papillon : « En novembre 1968, Jean-Jacques Pauvert ayant été mis en règlement judiciaire et devant se séparer de son plus talentueux collaborateur littéraire, Jean-Pierre Castelnau, sans pouvoir lui régler d’indemnités, lui donna, pour en tenir lieu, avec licence de le placer et négocier au mieux de ses intérêts, un manuscrit qui venait d’arriver par la poste et que la maison n’avait plus les moyens d’éditer. Voilà Castelnau transformé en agent à son compte. Souhaitant mon avis, il me demande un rendez-vous, qui eut lieu par une noire et glaciale fin d’après-midi de décembre, au lugubre Café de la Mairie, place Saint-Sulpice, à côté des Éditions Laffont. ‘Je n’ai plus de salaire, même plus de sécurité sociale, me confia-t-il ; il ne me reste qu’une famille à nourrir et cette production d’un inconnu, ajouta-t-il en hissant de dessous la table un carton enserrant deux ou trois terrifiants kilos de feuillets dactylographiés. J’aimerais que tu me rendes le service de me dire ce que tu en penses, si tu crois qu’on peut en tirer parti, comment, et si j’ai quelque raison d’en attendre un rétablissement de mes ressources’. Accablé, déjà, de manuscrits pour la plupart informes et ineptes, et par la désolation de cette nuit d’hiver, je rangeai le monstre dans un coin, quelque part chez moi, et demeurai lâchement plusieurs jours sans y toucher, cependant que s’accumulaient sur mon bureau les billets posés en mon absence et répétant comme une litanie : ‘Monsieur Castelnau a téléphoné, Monsieur Castelnau a téléphoné’. Enfin, un dimanche matin, je me plongeai dans cette épaisse liasse ; et je me sentis aussitôt emporté, dompté comme je l’avais été, à dix ans, en lisant mon premier Jules Verne ou mon premier Jack London. Il s’agissait de Papillon, l’auto­biographie romancée d’Henri Charrière, le bagnard évadé, installé depuis la guerre à Caracas, d’où il avait expédié son grimoire à Jean-Jacques Pauvert. Dans l’esprit un peu fruste de Charrière, Jean-Jacques Pauvert était l’éditeur spécialiste des confessions d’évadés, pour avoir publié avec succès L’Astragale d’Albertine Sarrazin. […] Si Albertine avait vendu cent mille exemplaires en racontant une minable évasion de la centrale de Compiègne ou d’Arras, raisonna Charrière dans sa tête à la fois rudimentaire et rusée, combien davantage vais-je vendre avec les aventures autrement prodigieuses de mon évasion de Cayenne ! Il vendit, en effet, plus d’un million d’exemplaires en France et près de vingt millions en des traductions diverses de par le monde, faisant au passage la fortune de Castelnau, associé à l’entreprise… » (p. 331-332). ” – nous citons cette fiche d’après l’excellente notice de notre confrère Marc Malfant.

29951

900 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Le site est en développement et des améliorations sont en cours. Nous nous excusons pour la navigation qui peut ne pas être optimale
Le site est en développement et des améliorations sont en cours. Nous nous excusons pour la navigation qui peut ne pas être optimale
This site is registered on wpml.org as a development site.