Numquid et tu…

André Gide

Numquid et tu…

Paris, s.é., (30 mars) 1922. 1 vol. (110 x 155 mm) de 71 p. et 1 f. Broché.

Édition originale.
Tirage unique à 70 exemplaires, non mis dans le commerce
 (n° 33).
 
Texte surprenant, publié quelques temps après le scandaleux Corydon : « M. André Gide introduit dans la librairie des moeurs étranges. Publie-t-il ou ne publie-t-il pas ? Il a inventé la publicité clandestine, si ces mots ne jurent pas d’être accouplés. Et il varie d’un ouvrage à l’autre. Il a publié franchement les Faux-monnayeurs, en se conformant à tous les usages de la profession. Il n’a fait que des tirages limités de Corydon et de Si le grain ne meurt, sans service de presse. Voyez son dernier ouvrage : Numquid et tu ?… Une première édition en a été tirée en 1922 à 70 exemplaires non mis dans le commerce et sans nom d’auteur. L’édition nouvelle, sortie ces jours-ci, est de 2650 exemplaires, dont 150 sur papier de luxe. Avertissons tout de suite et charitablement les amateurs allumés par Si le grain, par Corydon ou par les Faux-monnayeurs que la série est interrompue et que, cette fois, s’ils comptaient sur la même marchandise, ils seraient volés. Numquid et tu ?… est un petit tract édifiant, une espèce de prêche ou de manuel dévot, tel qu’en distribuent les officines méthodistes et les armées du salut. Point de petits Arabes ni de potaches suspects. Ouvrez votre Bible et songez à votre âme ! Quelques jours de retraite, de pénitence et d’oraisons jaculatoires. Christ est ressuscité ! » (Paul Souday, Le Temps, janvier 1927).

Rare.

 

Naville, LXIV
25408
1 000,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.