Mémoires de guerre : L’Appel. L’Unité. Le Salut

Charles de Gaulle

Mémoires de guerre : L’Appel. L’Unité. Le Salut

Paris, Plon, 1954-1956-1959
3 vol. (144 x 228 mm) de 680, 712 et 653 pp.  + 1 carte couleurs dépliantes en fin d’ouvrage. Brochés, sous chemise et étui.

Édition originale.

Un des exemplaires numérotés sur Alfa Cellunaf, réservés « aux anciens de la France Libres et aux membres des associations combattantes et résistantes de la guerre 1939-1945 ».

Exceptionnel exemplaire, offert par Charles de Gaulle à Anthony Eden, au fil des parutions des volumes :

tome 1 : ” À M. Anthony Eden, en souvenir de notre combat. Amicalement, son compagnon de guerre, C. de Gaulle, 19 octobre 1954 “.

tome 2 : ” Pour Sir Anthony Eden, bien amicalement C. de Gaulle, 18.6.56 “.

tome 3 : ” Pour Sir Anthony Eden, en témoignage de ma très haute et amicale considération. C. de Gaulle, 7.11.59 “.

On notera la date de l’envoi du second volume, rédigé un 18 juin – date qui ne peut être fortuite.

Magnifique association entre les deux hommes, tous deux aux commandes de leurs pays respectifs et acteurs essentiels de la Seconde Guerre mondiale.

Eden, comme ministre de la guerre de Churchill pendant le conflit, a fortement contribué à l’assise de De Gaulle en tant que chef du gouvernement français en exil, et a toujours été – malgré des différends occasionnels – considéré favorablement par le Général, contrairement à Roosevelt.

Il a joué un rôle central dans la diplomatie de guerre entre les grandes puissances et les gouvernements en exil, et a beaucoup fait pour préserver les relations souvent conflictuelles entre Churchill et de Gaulle et les Forces françaises libres.

Dans cette approche, Eden entre en conflit avec Churchill et Roosevelt : “D’autres désaccords avec Churchill ont porté sur les relations anglo-françaises, en particulier sur la question du Comité national de la France libre de de Gaulle, auquel Eden avait accordé une reconnaissance dès septembre 1941, à un moment où Churchill et Roosevelt se méfiaient encore de de Gaulle, qui ne fut reconnu officiellement par Londres qu’en juin 1943, lorsque le Comité français de libération nationale, nouvellement constitué, sera reconnu comme un gouvernement provisoire. “

Le soutien d’Eden – par ailleurs francophile et parfaitement francophone – à la France ne sera pas oublié par de Gaulle après la guerre, Eden étant  considéré comme “le seul homme d’État britannique pour lequel la France ait jamais éprouvé de la tendresse” (Merry Bromberger et Serge Bromberger, Secrets de Suez, p. 160).

En lecteur attentif et témoin privilégié, Eden a annoté les trois volumes des mémoires de guerre, attirant l’attention sur son rôle dans le récit, et offrant des aperçus importants de son expérience de la guerre, faisant référence à Pétain, Roosevelt et d’autres. Ces annotations remettent souvent le texte en question, par exemple en disant “est-ce vrai ?” ou “c’est absurde”. Il a également annoté et souligné divers passages, et rempli les derniers feuillets des deuxième et troisième volumes avec des références et renvois aux numéros de pages.

28797

Vendu
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.