L’Intelligence et l’échafaud

Albert Camus

L’Intelligence et l’échafaud

Bruxelles, éditions Dynamo, Brimborions, 14 janvier 1960
1 plaquette (120 x 190 mm) de 10 p. et 1 f. Broché.

Édition originale.
Tirage limité à 51 exemplaires : 40 sur vélin Astra blanc et 11 sur Hollande – celui-ci un des onze premiers (n° 5).

C’est dans la revue Confluences, dans son numéro de juillet 1943, que paraît L’intelligence et l’échafaud. Les personnages « sont de curieux héros qui périssent tous de sentiments et vont chercher des maladies mortelles dans des passions contrariées », dit Camus, selon une tradition du roman français qui est d’aller droit au but, selon le  prototype de La Princesse de Clèves. De son auteur, Mme de Lafayette, à Benjamin Constant et jusqu’à Proust, le texte est ici tout entier fondé sur l’admiration de l’art classique : Camus y reviendra deux ans plus tard, lorsqu’il préfacera les oeuvres de Chamfort ; il donnera également plusieurs résonances à ce texte dans les éditoriaux de Combat de l’année 1944. Celui du 12 octobre 1944 reprendra par exemple la formule de Goethe présente ici : « Mieux vaut une injustice qu’un désordre ».

Cette plaquette est achevée d’imprimer le 14 janvier 1960, soit 10 jours après le décès de Camus sur les route de Bourgogne. Elle paraît simultanément à l’autre hommage rendu par Pierre Aelberts pour sa collection “Brimborions”, savoir le Albert Camus de Jean-Paul Sartre.

Rare en grand papier.

29017

2 000,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.