Lied du figuier

René Char

Lied du figuier

S.l. [L’Isle-sur-la-Sorgue, Les Busclats], ” juillet 1964 “.
1 f. (155 x 150 mm), sous couverture (160 x 155 mm). Broché.


Manuscrit autographe du poème, avec couverture originale dessinée par René Char.

Charmant manuscrit signé et daté par René Char, qui a composé une couverture dessinée et peinte à l’encre – figurant une branche de figuier et ses jeunes pousses -, aux crayons de couleurs et à la mine de plomb, titrée à l’encre de chine et signée à l’encre des initiales du poète.

Char compose ici un lied – un chant, une mélodie, en allemand, qui donna son nom à plusieurs compositions musicales de la période romantique -, consacré à un arbre fruitier souvent présent dans sa poésie, le figuier – le poète en avait planté plusieurs dans son jardin aux Busclats, à L’Isle-sur-la-Sorgue.

Tant il gela que les branches laiteuses
Molestèrent la scie, se cassèrent aux mains.
Le printemps ne vit pas verdir les gracieuses.

Le figuier demanda au maître du gisant
L’arbuste d’une foi nouvelle.
Mais le loriot, son prophète,
L’aube chaude de son retour,
En se posant sur le désastre,
Au lieu de faim, périt d’amour.

Composé pendant l’été 1964, René Char garde ce poème – dont cet autographe constitue le seul manuscrit connu – par devers lui toute une année, avant de décider de le publier dans Retour Amont, qu’il prévoit de publier pour la fin de l’année 1965. L’édition sera illustrée de trois gravures d’Alberto Giacometti, dont il s’agit du dernier livre :  l’artiste italien meurt en décembre 1965, au moment de l’impression de l’ouvrage et juste après avoir livré à René Char les trois gravures, qu’il ne verra jamais imprimées. Le poème sera ensuite repris dans le Nu perdu, publié chez Gallimard en 1966.

29500

Vendu
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.