Lettre autographe signée à Lou

Guillaume Apollinaire

Lettre autographe signée à Lou

S.l., 9 novembre 1915. 
2 pages en 1 feuillet (172 x 220 mm), à l’encre.

Magnifique lettre à Louise de Coligny-Châtillon, envoyée du front. L’une des deux seules écrites en novembre 1915 : « Je te félicite d’être amoureuse et de mener une vie intéressante (…) Ce que je fais ? Je tire des coups de canon. Jamais je n’aurais cru que je participerai à la plus grande bataille d’artillerie de tous les temps (…) J’ai le culot qui n’est pas boche et je crois me trouver le sous-officier qui s’embête le moins, bien que nous soyons dans la région la plus déserte du front puisque c’était un désert même avant la guerre… »

Apollinaire évoque également dans sa lettre « Toutou », i.e. Charles Cousin, fils d’un notaire honoraire de Sedan, qui habite Baccarat, devenu l’amant de Lou. Apollinaire s’en réjouit – à contre-coeur sans doute -, heureux qu’elle soit amoureuse et la félicitant de mener une “vie intéressante”. Ami de coeur et de corps, Lou ne s’éloignera jamais de Cousin, jusqu’à être enterrés côte-à-côte.

Le poète avait rencontré sa muse, qui lui est présentée par un ami, dans un restaurant niçois. Sa déclaration d’amour, dans une lettre datée du 28 septembre 1914, commençait en ces termes : « Vous ayant dit ce matin que je vous aimais, ma voisine d’hier soir, j’éprouve maintenant moins de gêne à vous l’écrire. Je l’avais déjà senti dès ce déjeuner dans le vieux Nice où vos grands et beaux yeux de biche m’avaient tant troublé que je m’en étais allé aussi tôt que possible afin d’éviter le vertige qu’ils me donnaient. »

Jusqu’à leur rupture en mars de l’année suivante, ils entretiennent une correspondance quasiment quotidienne, Apollinaire espérant la reconquérir. Touché bien plus qu’il ne veut le montrer, Apollinaire se porte alors volontaire au prochain départ pour le front. Devenu pendant l’été le fiancé de Madeleine Pagès, ses lettres se feront, alors plus rares – jusqu’à la dernière, datée du 18 janvier 1916. La correspondance d’Apollinaire à Louise de Coligny-Châtillon représente 220 lettres et 76 poèmes, souvent inclus dans les lettres.

✒️ Apollinaire, Lettres à Lou, p. 522, éd. 1990.

25359

Vendu
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.