Les Possédés

Albert Camus

Les Possédés

Paris, Gallimard, coll. « le Manteau et l’Arlequin », (27 mars) 1959

1 vol. (120 x 190 mm) de 297 p. et [3] f. Broché.

 

Édition originale.

Envoi signé : « à Nathalie [Parain] qui sera dans [LES POSSÉDÉS] comme un poisson dans l’eau, affectueusement Albert Camus ».

 

Très belle provenance que celle de Natalia Tchelpanova, l’épouse de Brice Parain, originaire de Kiev. Elle deviendra l’une des principales illustratrices de la collection du Père Castor.

 

« Les Possédés sont une des quatre ou cinq œuvres que je mets au-dessus de toutes les autres. À plus d’un titre, je peux dire que je m’en suis nourri et que je m’y suis formé. Il y a près de vingt ans en tous cas que je vois ses personnages sur la scène. Ils n’ont pas seulement la stature des personnages dramatiques, ils en ont la conduite, les explosions, l’allure rapide et déconcertante. Dostoïevski, du reste, a, dans ses romans, une technique de théâtre : il procède par dialogues, avec quelques indications de lieux et de mouvements. L’homme de théâtre, qu’il soit acteur, metteur en scène ou auteur, trouve toujours auprès de lui tous les renseignements dont il a besoin».

 

L’adaptation sera le dernier grand chantier de Camus. Il y travaillait depuis plusieurs années – les manuscrits les plus anciens sont datés de 1955 – et les premières répétitions ont lieu à la fin de l’automne 1958. Camus vient juste d’acquérir la maison de Lourmarin en octobre mais doit rentrer à Paris pour travailler d’arrache-pied sur sa pièce, un « spectacle total », selon le mot de Camus, qui doit « débuter en feu d’artifice, continuer en lance-flamme, s’achever en incendie ». Malgré la longueur de la pièce – près de quatre heures -, l’accueil est très positif et elle sera jouée sans discontinuer jusqu’à la fin juin à Paris, pour ensuite être jouée en province et à l’étranger, dès juillet à Venise – Camus assurant lui-même la préparation à la Fenice.

 

Camus, qui passe l’automne à Lourmarin où il travaille au Premier homme, se déplacera pour la première en région, à Reims. Puis, trois mois plus tard, en décembre, à Marseille. C’est au cours de cette représentation que sera prise la dernière photographie publique de l’écrivain. Il devait, quelques semaines plus tard, hériter de la direction du théâtre Récamier : l’ordre de subvention venait d’être signé par le conseiller Georges Elghozy, conseiller du Ministre d’État André Malraux qui avait personnellement suivi ce dossier, auquel Camus tenait tant : « Le théâtre me paraît le plus haut des arts littéraires en ce sens qu’il demande la formulation la plus simple et la plus précise à l’intention du plus grand public possible et, pour moi, c’est la définition même de l’art. »

 

 

 

 

28438

1 800,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.