Les Justes

Albert Camus

Les Justes

Paris, Gallimard, (février) 1950.
1 vol. (120 x 190 mm) de 182 pp., [4] et 1 f. Demi-basane bordeaux à bandes, dos à nerfs, pièce de titre, tranche supérieure mouchetée, première de couverture conservée.

Édition originale.
Un des 220 exemplaires sur alfa mousse (n° 244).

Envoi signé : « au docteur Reynaud, cette histoire de chirurgiens, en hommage reconnaissant, Albert Camus ».

Les Justes ont été créés le 15 décembre 1949, au théâtre Hébertot, dans une mise en scène de Paul Oettly, avec Maria Casarès, Serge Reggiani et Michel Bouquet. La pièce fut plutôt bien reçue, encore que Camus écrivît à un ami : « chaleureusement accueilli par les uns… froidement exécuté par les autres. Match nul par conséquent ». Il se sent surtout blessé par une critique de la revue Caliban, dont le directeur est son ami Jean Daniel, à qui il écrit une réponse qui sera reprise en partie dans Actuelles II.

Les Justes sont pour Camus l’occasion de débattre du terrorisme et de la mort des innocents, de s’interroger sur la justice et la légitimité des moyens employés au service d’une idée. Le terrorisme, quelle qu’en soit la forme – révolutionnaire, patriotique ou désespéré -, reste du terrorisme. Le révolutionnaire peut-il tuer ? Qui ? Telles sont les questions autour desquelles tournent la réflexion et les lectures d’Albert Camus, alors qu’il travaille conjointement à L’Homme révolté et à sa pièce.

Conçue comme une tragédie dans la tradition aristotélicienne, elle oppose « des person¬nages égaux en force et en raison » : les « meurtriers délicats », pour lesquels le tyrannicide est nécessaire mais inexcusable car il porte atteinte à une vie humaine, et les assassins-justiciers, qui méprisent la vie et justifient les moyens par la fin. « J’ai voulu, précise Camus dans son prière d’insérer, montrer que l’action elle-même avait des limites. Il n’est de bonne et juste action que celle qui reconnaît ces limites et qui, s’il lui faut les franchir, accepte au moins la mort. Notre monde nous montre aujourd’hui une face répugnante justement parce qu’il est fabriqué par des hommes qui s’accordent le droit de franchir ces limites – celle de tuer les autres sans jamais payer de leur personne. C’est ainsi que la justice d’aujourd’hui sert d’alibi aux assassins de toute justice. »

Bon exemplaire en reliure modeste, mais de qualité, sur l’un des 220 alfa mousse.
Le tirage de tête qui précède n’est constitué que de 13 exemplaires sur vergé de Hollande et 70 sur pur fil.

29575

1 500,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.