Le Gaucher

René Char

Le Gaucher

S.l.nd. [Lisle-sur-la-Sorgue, circa 1966].
16 lignes en 1 f. (210 x 270 mm) à l’encre noire.

Poème autographe signé.

On ne se console de rien lorsqu’on marche en tenant une main, la périlleuse floraison de la chair d’une main.
L’obscurcissement de la main qui nous presse et nous entraîne, innocente aussi, l’odorante main où nous nous ajoutons et gardons ressource,
ne nous évitant pas le ravin et l’épine, le feu prématuré, l’encerclement des hommes,
cette main préférée à toutes, nous enlève à la duplication de l’ombre, au jour du soir.
Au jour brillant au-dessus du soir, froissé son seuil d’agonie

Il est publié pour la première fois dans Retour amont, lequel contient quelques uns des beaux poèmes de Char (Chérir Thouzon, Dansons aux baronnies, Lied de figuier, Faim rouge et ce Gaucher), tous rédigés aux Busclats. Ils ont pour cadre les paysages et monts du Vaucluse.

Belle version autographe, signée, qui contient des variantes et corrections inédites.

Le poème sera repris dans Le Nu perdu, en 1971.

 

29654

1 500 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.