L’Assommoir

Émile Zola

L’Assommoir

Paris, Charpentier, 1877.
1 vol. (120 x 180 mm) de 1, [2] f., III et 569 p.

Maroquin rouge, dos à nerfs orné de filets à froid, titre doré, date en pied, tranches dorées sur témoins, double filet sur les coupes, filets d’encadrement au contreplat, couvertures et dos conservés (reliure signée de René Aussourd).

Édition originale.
Un des 75 premiers exemplaires sur hollande (n° 66).

Rien ne dit mieux les « vingt ans de travail et d’impopularité » de l’écrivain que la préface à L’Assommoir elle-même, où Zola présente son roman « attaqué avec une brutalité sans exemple, dénoncé, chargé de tous les crimes ». On lui reproche le ton cru, les expressions des faubourgs et cependant, dit-il, « L’Assommoir est sans doute le plus chaste de mes livres. Souvent j’ai dû toucher à des plaies autrement épouvantables. […] N’importe, personne n’a entrevu que ma volonté était de faire un travail purement philologique, que je crois d’un vif intérêt historique et social. » Et de conclure : « il faudrait lire mes romans, les comprendre, voir nettement leur ensemble, avant de porter des jugements tout faits, grotesques et odieux, qui circulent sur ma personne et sur mon œuvre. » Car, prévient-il dans sa préface : « J’ai un but auquel je vais ». Huysmans prit également la défense du roman dans un texte virulent, « Émile Zola et L’Assommoir », qu’il termine ainsi : « J’en ai assez dit, je pense, pour prouver aux personnes qui ont lu les œuvres de ce puissant artiste que tous les racontars débités sur lui sont insanes et bêtes. Le buveur de sang, le pornographe, est tout simplement le plus exquis des hommes et le plus bienveillant des maîtres », réitérant ce qu’il admirait le plus chez Zola, au-delà des ruptures et des oppositions, à savoir « deux de ses qualités foncières, celle de la création des personnages de second plan traités avec une ampleur inconnue jusqu’alors et le maniement prodigieux des foules, se sont accrues encore, s’il est possible, dans [L’Assommoir] ».

L’Assommoir est le septième titre publié de la série des Rougon-Macquart, qui abandonne avec cette parution la tomaison des volumes. Surtout, c’est le titre qui voit apparaître les grands papiers. D’abord des hollande, en nombre croissant, augmentés d’un tirage sur chine (à partir de Nana) ou japon (à partir d’Au bonheur des dames), sans règle systématique. Quelques volumes (au moins deux : L’Argent et Le Docteur Pascal) auront droit à des exemplaires sur vélin. L’Assommoir ne bénéficie que d’un papier unique – un vergé de Hollande -, dans un tirage limité à 75 exemplaires, ce qui en fait le plus rare des titres de la série sur ce papier, et donc l’un des plus recherchés.

Pour rappel – et mise à jour utiles à certains : 1. La Fortune des Rougon (1871) 2. La Curée (1872) 3. Le Ventre de Paris (1873) 4. La Conquête de Plassans (1874) 5. La Faute de l’abbé Mouret (1875) 6. Son Excellence Eugène Rougon (1876).

Ces 6 premiers titres dont les couvertures comportent une tomaison n’ont pas eu de grand papier.

7. L’Assommoir (1877) : 75 exemplaires sur hollande. 8. Une page d’amour (1878) : 100 exemplaires sur hollande. 9. Nana (1880) : 5 exemplaires sur chine, nominatifs pour Céard, Charpentier, Hennique, Huysmans, Zola ; 325 sur hollande. 10. Pot-Bouille (1882) : quelques exemplaires sur chine ; 250 sur hollande. 11. Au Bonheur des dames (1883) : quelques exemplaires sur chine ; 10 sur japon ; 150 sur hollande. 12. La Joie de vivre (1884) : quelques exemplaires sur chine ; 10 sur japon ; 150 sur hollande. 13. Germinal (1885) : 10 exemplaires sur japon ; 150 sur hollande. 14. L’Œuvre (1886) : 10 exemplaires sur japon ; 175 sur hollande. 15. La Terre (1887) : 30 exemplaires sur japon ; 275 sur hollande. 16. Le Rêve (1888) : 25 exemplaires sur japon ; 250 exemplaires sur hollande. 17. La Bête humaine (1890) : 30 exemplaires sur japon ; 250 sur hollande. 18. L’Argent (1891) : 5 exemplaires sur vélin, signés et avec portrait ; 30 sur japon ; 250 sur hollande. 19. La Débâcle (1892) : quelques exemplaires sur chine ; 33 sur japon ; 330 sur hollande. 20. Le Docteur Pascal (1893) : 5 exemplaires sur vélin ; 40 sur japon ; 340 sur hollande.

Exemplaire parfaitement établi par René Aussourd, avec ses couvertures intactes.

Carteret, II, 481 ; Vicaire VII, 1204 ; Lhermitte 615 : Laporte, Bibliographie d’Émile Zola, 254-268 ; Clouzot, 278 ; En Français dans le texte, 296.

28473

Vendu
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.