L’Art du roman

Milan Kundera

L’Art du roman

Paris, Gallimard, (5 novembre) 1986.

1 vol. (140 x 205 mm) de 199 p. et [2] f. Broché.

Édition originale.

Envoi signé : « Paris 86, À mon très cher Maurice [Nadeau] avec l’amitié fidèle de Milan ».

Sept textes sont réunis sous ce titre, acerbe et ironique à l’égard du modernisme. Aussi, Kundera s’y décrit-il en écrivain “postmoderne, sorte de moderniste antimoderne”. Evoquant l’histoire du roman au travers de quelques unes de ce figures de proue – de Rabelais à Musil, de Cervantès à Flaubert – il y affirme son opposition au Nouveau Roman, par trop soucieux de la forme selon lui. Se défendant de vouloir apparaître en théoricien, et n’ayant nulle autre intention que de livrer “la confession d’un praticien”, il considère que le Roman se doit d’être garant de cette capacité qu’il offre, que de découvrir les aspects inconnus de la nature humaine tout autant que les pouvoirs démesurés de son exploration. Roman que Sarraute juge archaïque, bientôt mort. Ce à quoi Kundera objecte affirmant – et démontrant au travers de ce roman –  que le “courant de pensée moderne sera celui qui fera redécouvir l’individu, proposant une interrogation esthétiquement valable sur l’existence humaine”.

Bande à parution conservée.

24613

600,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.