La Lenteur

Milan Kundera

La Lenteur

Paris, Gallimard, (19 décembre) 1994.
1 vol. (140 x 205 mm) de 153 p., 1 et [2] p. Broché.

Edition originale.
Premier tirage.

Envoi signé :  «Pour Bianca et Félicien [Marceau] de leur fidèle ami, Milan, Paris 1994 ».

En préfaçant sa pièce de théâtre, Jacques et son maître, Milan Kundera écrivait : « Quand la pesante irrationalité russe est tombée sur mon pays, j’ai éprouvé un besoin instinctif de respirer fortement l’esprit des Temps modernes occidentaux. Et ils me semblaient n’être concentrés avec une telle densité nulle part autant que dans ce festin d’intelligence, d’humour et de fantaisie qu’est Jacques le Fataliste. » Diderot, mais aussi Choderlos de Laclos et surtout Vivant Denon appartiennent à ce XVIIIème siècle français cher à l’auteur tchèque ; “Point de lendemain” (publié par Vivan Denon en 1777), présent en filigrane tout du long de La Lenteur, en possède toutes les caractéristiques : art du plaisir, reflet d’une société préservée cultivant les loisirs, instantanéïté, condensé de sensations fugitives, surenchère de la jouissance, du luxe et de la décoration, et, enfin, dimension spirituelle assez restreinte. Les fantômes de ces lumières d’il y a trois siècle s’opposent ici par le raffinement de leur libertinage à l’impuissance grossière de la société médiatique, autre cible visée par Kundera.

La Lenteur est le premier roman de Kundera écrit directement en français.

29805

Vendu
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.