La Dernière Nuit

Paul Éluard

La Dernière Nuit

Paris, [Les Cahiers d’Art, Christian Zervos], 1942.

1 vol. (175 x 230 mm) non paginé de [10] f. et 1 planche. Broché, sous couverture rempliée.

Edition originale.

Un des 53 exemplaires sur vélin d’Arches (n° 42), signé par Eluard et Laurens.

Frontispice gravé par Henri Laurens.

Il sera repris la même année dans Poésie et vérité 1942, l’année où Eluard s’engage pleinement dans la Résistance : réinscrit au parti communiste alors illégal, il entre lui-même dans la clandestinité, quittant Paris pour vivre chez Zervos, près de Vézelay. C’est là qu’il rédigera d’abord ce poème, puis ceux de Poésie et vértié, dont le fameux Liberté.

” Ce petit monde meurtrier 

Est orienté vers l’innocent

Lui ôte le pain de la bouche

Et donne sa maison au feu

Lui prend sa veste et ses souliers

Lui prend son temps et ses enfants…

 (…) 

Nous jetons le fagot des ténèbres 

au feu 

Nous brisons les serrures rouillées 

de l’injustice 

Des hommes vont venir qui n’ont plus peur d’eux-mêmes “.

Frontispice d’Henri Laurens.

27412

3 000,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.