Des Hommes

Joseph Kessel

Des Hommes

Paris, Gallimard, (23 mars) 1972.
1 vol. (140 x 205 mm) de 319 p., [2] et 1 f. Percaline rouge à la bradel, pièce de titre, tête mouchetée, doubles couvertures et dos conservés (reliure signée de Lavaux).

Édition originale.
Exemplaire du service de presse.

Précieux exemplaire de Maurice Druon, offert pour son anniversaire :

 

Envoi signé : « à toi, mon grand Maurice, 54 Sbogom à toi, l’un [Des Hommes] les plus précieux de ma vie. Jef ».

Au soir de sa vie, Kessel décidait d’offrir une sorte de géographie de ses fabuleuses rencontres : artistes, hommes d’actions, tziganes, révolutionnaires et pionniers d’Israël : quarante-sept portraits réunis sous ce titre Des Hommes, qui forment un petit chef-d’oeuvre tant par la qualité du style que par le document qu’ils représentent.

Ces 47 portraits proviennent pour la plupart d’articles, notes et préfaces déjà publiés, mais, Kessel, qui savait à merveille se relire, les reprend, les retravaille encore et encore jusqu’à être pleinement satisfait des hommages qu’il souhaitait rendre à ses compa-gnons de vie : Jean Cocteau, Romain Gary, André Malraux, Antoine de Saint-Exupéry, Raymond Radiguet, Jean Mermoz évidemment, mais aussi ses amis peintres, journa-listes et autres « hommes d’actions ». Tous sont évoqués avec justesse et tendresse. Le succès de librairie fut si colossal que Kessel reprit goût à l’écriture et signa avec les éditions Rombaldi un contrat pour la parution de ses oeuvres complètes en 30 volumes, en acceptant le laborieux travail de révision que cela impliquait. Il acceptait également le rôle de directeur de publication pour la revue Combats d’Israël chez Tallandier.

Précieux exemplaire de Maurice Druon, offert pour son anniversaire : le livre est achevé d’imprimer le 23 mars et le neveu de Kessel est né le… 23 avril 1918. Le livre, diffusé dans la première quinzaine d’avril 1972, arrive donc à point pour célébrer le cinquante-quatrième anniversaire de Druon. Quel plus beau cadeau, dès lors, que cet exemplaire avec cette dédicace : « à toi, mon grand Maurice, 54 Sbogom à toi, l’un [Des Hommes] les plus précieux de ma vie » ; 54 printemps, 54 Zbogom : d’origine serbe et bulgare, ce terme est utilisé en russe pour dire au revoir de manière profonde et respectueuse, puisqu’il signifie « que Dieu veille sur toi ».

En réunissant ses préfaces, notes et portraits, Kessel dit avoir « voulu simplement dire merci à des hommes dont les oeuvres m’ont rendu la vie plus belle et m’ont aidé à la vivre mieux » ; son neveu – comme aucun de ses proches -, n’y figure pas, mais sa place dans son panthéon y est immense.

Ex-libris de Maurice Druon en tête.

29444

4 000,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.