Derrière le miroir | Terres de grand feu

Joan Miro

Derrière le miroir | Terres de grand feu

Paris, Maeght, Éd. Pierre à Feu, n° 139-140, juin-juillet 1963
1 vol. (280 x 380 mm) de 28 p. En feuilles, sous couverture illustrée en couleurs.

L’un des plus importants numéros de Derrière le miroir consacrés à Miró.

6 lithographies originales, en couleurs, dont 4 en double page (380 x 560 mm) et 1 en 3 volets (380 x 830 mm), ainsi que 3 reproductions en noir. Texte d’André Pieyre de Mandiargues en première édition, qui présente l’exposition « Terres de grand feu » réalisée par Joan Miró avec Josep Llorens Artigas – un des grands maîtres de la céramique du XXe siècle – présentée à la Galerie Maeght. C’est Miró qui se chargera de l’affiche de l’événement.


Précieux exemplaire de René Char
, avec un envoi signé au recto de la couverture : « Pour René Char, fraternellement, Miró ».

Le lien entre Miró et Char trouve son origine dans l’entremise de Christian et Yvonne Zervos, au sortir de la guerre. Leur première collaboration se fera pour l’édition de Fête des arbres et du chasseur, en 1948, et la lithographie qui l’ouvre. Plusieurs PAB et GLM suivront, jusqu’au point d’orgue de 1964 et l’édition chez Maeght du Flux de l’aimant. L’année précédente, Aimé Maeght aura donné pour Derrière le miroir cette admirable livraison double d’été, avec la célèbre lithographie en triple page placée en son centre. Une livraison que l’artiste offre évidemment au poète, “fraternellement”.

La chaleureuse et fraternelle dédicace de Miró à Char n’est pas une posture, mais une sincère envolée d’un artiste vers le poète français avec lequel il aura le plus collaboré.

Plouvier souligne, dans le Dictionnaire Char, combien « l’irradiation de la vie inexprimable posée par Char au principe de sa création a trouvé en Miró l’équivalent de son espace ». Au même titre que Picasso, Brauner, Giacometti, Staël ou Braque, Miró, dans l’oeuvre de René Char, est promu au titre quasi générique d’ « allié substantiel ».

Le plus important des textes que Char consacre à Miró, Flux de l’aimant, est daté de la même année 1963 et paraît en 1964 aux éditions Maeght, accompagné de dix-sept pointes-sèches  de l’artiste.


Exceptionnelle et rare provenance.

28433

Vendu
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.