Lettre à Frédéric Lefèvre

Georges Bernanos

Lettre à Frédéric Lefèvre

Clermont [Oise], 33 Place de l’Hôtel de ville, s.d. [cachet postal du 20 octobre 1927]
1 page 1/2 sur papier de deuil (135 x 175), enveloppe conservée avec
cachet de la Poste “20 octobre 1927”.

 

Lettre autographe signée félicitant son ami le journaliste Frédéric Lefèvre pour sa récente distinction, égratignant au passage l’ex-Président du Conseil et ministre des Beaux-Arts, Édouard Herriot :

« Mon bien cher ami, Je voulais aller vous voir hier à Paris. Mais j’ai raté mon train. Je serai donc le dernier à vous écrire que cet amphibie d’Herriot a eu cette fois la nageoire heureuse, et qu’il a bien placé son ruban rouge. Dites aussi à votre charmante femme, qui m’a si simplement et si gentiment reçu jadis, que je prends ma part de sa joie et de sa fierté. Je vous embrasse bien affectueusement. G. Bernanos ».

Herriot avait précédé Poincaré au poste de Président du Conseil des Ministres, en 1924 et 1926. Il obtiendra ce poste une troisième et dernières fois, en 1932, pour la première présidence d’Albert Lebrun. Décoré de la Légion d’honneur bien plus tôt (en 1907), signalons que Herriot la renverra en 1941 à Pétain, ce qui lui vaut d’être assigné à résidence en septembre 1942, puis, jugé inapte par les autorités allemandes à la déportation, ces derniers l’internent dans un asile où il feint la folie.

Après-guerre, il devient le président de la nouvelle Assemblée nationale en 1947, tout en ayant été membre de l’Académie française le 5 décembre 1946. Bernanos, vingt ans plus tôt, avait vu juste : un vrai poisson agile !

28579

300,00 
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques anonymes de visites.
This site is registered on wpml.org as a development site.