Paris, Éditions surréalistes, (30 juillet) 1931
1 vol. (230 x 285 mm) de 33 p., [2] et 2 f. Broché.
Édition originale.
Tirage unique à 100 exemplaires, celui-ci justifié par l’auteur « H.C. 1/3 » - après cinq exemplaires sur papier vert.
Envoi signé : « Mon cher ami, une fois de plus j’ai plaisir à inscrire votre nom en tête de ce livre - Peut-être y découvrirez-vous en cherchant assez soigneusement un écho lointain de nos conversations, quelque chose comme une poignée de main prolongée au cours de cette vie qui nous va si mal et que nous avons peine à ne pas refuser de vivre. / Entre nous c’est toujours très amicalement et si ce n’était l’âge imbécile qui nous sépare je dirais très fraternellement. René Char ».
Le prière d’insérer a été contrecollé en tête de l’exemplaire masquant le nom du dédicataire [Louis Papelon].
À Louis Papelon René Char avait dédicacé un exemplaire de la seconde édition d’Arsenal grâce auquel l’on apprend sa fin tragique. En effet, Char récupérant l’exemplaire et l’offrant à Marcelle Mathieu en octobre 1944, y avait inscrit : « Exemplaire de Louis Papelon, ami de l’auteur, assassiné par la milice en 1943 ».
Sur la liste des ‘indésirables’ de l’Isle-sur-Sorgue dressée en avril 1943 par la milice de Vichy demeuraient les noms de Char et de Papelon, l’un ‘homme de lettres’, l’autre sans profession au milieu d’autres noms, les uns médecin, les autres agriculteurs etc...
Quelques passages soulignés au crayon bleu.
 

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top