Paris, Denoël & Steele, (8 mai) 1936
1 vol. (145 x 225 mm) de 697 pp. et 1 f. Reliure signée de Louise Bescond 1 vol. (145 x 225 mm) de 697 pp. et 1 f. Reliure signée de Louise Bescond, 2021 : plein veau naturel estampé d’un motif évoquant la corrosion, teinté en dégradé brun, gris noir, contre-plats bord à bord du même cuir, poudrés de films rouges, trois tranches dorées sur témoins à l’or par Jean-Luc Bongrain, gardes de chèvre velours rouge, chemises et étuis assortis, titres classiques sur le plat avant et sur la chemise, aux films rouges, par Claude Ribal. 
Édition originale. 
Un des 30 exemplaires hors commerce sur vergé de Hollande - les seuls, avec les 22 sur japon, à contenir le texte complet.
Envoi signé : "Au confrère Pierre Taupin, bien cordialement, vrai faux-départ, LF Céline".
Pierre Taupin a soutenu sa thèse de médecine en 1926, deux ans après celle de Céline (La vie & l'œuvre de Philippe Ignace Semmelweis).
La postérité aura remis le livre à sa juste place : celle des très grandes oeuvres de la littérature française. En une rage inspirée, une vigueur peu commune, une truculente férocité, le narrateur rend compte de son enfance, frappée du sceau de la pauvreté et du dénuement. Céline dépeint, en un radicalisme extrême, son  quotidien pathétique. Outrancière dans sa narration, l'histoire allie le grotesque à l'horreur, et révèle dans sa forme une permanente recherche du style de la part de son auteur, qui estimait que seul n'importait plus que le style. Encore davantage que Le Voyage au bout de la nuit, Mort à crédit marquait l'intrusion de Céline dans ce qu'il qualifiait lui-même de « voie de raffinement spontané ». 
À noter que seuls les exemplaires hors-commerce des trois premiers papiers contiennent le texte intégral, qui devra attende 1982 et l'édition Pléiade pour être enfin proposé au public : "Le sexe, dans Mort à crédit, est agressivement présent... En 1936, la suppression, sur demande de l'éditeur, des mots ou passages les plus scandaleux avait quelque peu déplacé le sens de la provocation". 
Dès le six mai 1936, les premières pages sont imprimées. Denoël écrit à Descaves, pressé de lire un roman dont la date de mise en vente est sans cesse repoussée : « Voici les 544 premières pages de " Mort à crédit ". Je ne veux pas vous faire attendre plus longtemps ce magnifique ouvrage. Je recevrai la fin vendredi soir et vous la ferai porter aussitôt. » Ce sera fait deux jours plus tard, et, le 8 mai, les exemplaires peuvent partir au brochage, où les attendent les couvertures. Les exemplaires en grand papiers seront fabriqués dans la foulée, avec évidemment le même achevé d'imprimer, au cours de la semaine du 11 au 17 mai. 
Magnifique exemplaire.
26824
© librairie Walden, 2021​​​​​​
envoyer
Merci pour votre message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top