1 vol. (270 x 330 mm). 4 documents originaux, montés sur papier vélin paille. Box souple gris souris avec deux pièces de titres sde veau rouge et marron rivetés sur les plats, doublures en vachette et gardes de velours rouges, chemise titrée en long, étui (reliure signée de Nobuko Kiyomiya, 2008).
Belle réunion de documents originaux sur la période danoise de Céline, rassemblés dans une création de Nobuko Kiyomiya.
Else Jensen et son époux Henning étaient un couple d'artistes peintres danois. A l'époque de l'incarcération de Céline, Henning Jensen était provisoirement gardien de prison à la Vestre Faengsel, où il sympathisa avec Céline. Ce dernier avait vu débarquer la police danoise le 17 décembre 1945, sur une demande d'extradition de la France. Lucette, liberée au bout de quelques jours, doit trouver un logement de toute urgence. " Une possibilité de logement s'est présentée alors grâce à ce gardien de prison (...) qui rêvait d'aller dans le Midi avec sa femme. Nous avons conclu un accord. Ma mère [Gabrielle Pirazzoli] a mis à sa disposition une chambre à Menton en lui laissant un peu d'argent et lui m'a laissé pendant ce temps son logement, un atelier de peintre, une soupente au 8 Kronprincessegade" (Vitoux, La Vie de Céline, 614). Lucette y emmenage en septembre. Céline, lui, ne sera liberé que le 24 juin 1947, et retrouva Lucette dans le petit logement, "trop chaudes durant les interminables journées d'été et glaciale quand venaient les hivers sans fin. Ils allaient encore y séjourner près de onze mois, jusqu'en 19 mai 1948, où ils acceptent l'offre de leur avocat Mikkelsen qui se propose de les loger dans son domaine de Korsör". 
Les documents présentés ici sont relatives au départ des Destouches de l'atelier des Jensen : 
* Une lettre autographe signée (210 x 297 mm), recto-verso, sur le vergé jaune qu'employait Céline pendant l'exil, à l'encre bleue, écriture très lisible : une correspondance avec des étrangers pour lesquels il fait manifestement un effort de graphie, datée Copenhague le 26 mai 1948 et signée "L.F. Destouches" : " Chers amis, Nous avons décidé de payer encore votre loyer jusqu'au 30 septembre soit ainsi 4 mois d'avance. Vous n'avez donc point à vous hâter de revenir [...] Cependant votre appartement est libre. Nous le quittons aujourd'hui " - lettre qui pose d'ailleurs un minuscule problème de chronologie, puisqu'il est communément admis que les Destouches s'installent à Korsör le 19 mai 1948 (voir Éric Mazet, Repères chronologiques Avril-Mai 1948, in Lettres à Antonio Zuloaga, page 101). On sait par le témoignage d'Else Jensen que l'appartement fut rendu dans un parfait état de propreté et que Céline ne ménagea pas sa reconnaissance aux Jensen pour leur hospitalité
* Deux récépissés de demande de carte d'identité des époux Jensen, chacun d'entre eux comportant une photographie soit d'Else soit de Henning Jensen
* Une lettre d'Henning Jensen, destinée au consul général du Danemark, pour le compte d'Ercole Pirazzoli (l'époux de la mère de Lucette Destouches, née Gabrielle Donas, divorcée de Joseph Almansor).  Le texte est une biographie hagiographique de " M. Pirazzoli commandeur de la couronne d'Italie, chevalier de la Légion d'Honneur, ancien industriel, secrétaire pendant plusieurs années de la Délégation Générale en France de la Croix-Rouge italienne, membre du conseil d'administration, pendant 22 ans, de la chambre de commerce italienne de Paris est une personnalité des plus honorables et des plus hautes qualités morales. Il n'a jamais fait de politique et tous ceux qui le connaissent aiment témoigner de sa grande bonté, de sa loyauté, de son honorabilité ", qui a pour but de permettre l'obtention d'un visa afin de permettre aux parents de Lucette de venir la visiter, elle et Céline, au Danemark. " Si nous avons pu obtenir, ma femme et moi, l'autorisation de séjourner en France, nous le devons à Monsieur et Madame Pirazzoli".
* une photographie originale en noir et blanc prise à Menton représentant les époux Jensen, les époux Pirazzoli et une amie non identifiée. 
L'ensemble a été intelligemment monté et relié sous une reliure souple de Nobuko Kiyomiya. 
envoyer
Merci pour votre message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top