Montpellier, Fata Morgana, (13 février) 1992
1 vol. (215 x 250 mm) de 16 p. et [3] f. Papier à encadrement de box, dos lisse, titre à l'œser, jaquette de plexiglas souple, étui (reliure signée de Claude Honnelaître).
Édition originale.
Un des 30 premiers exemplaires sur Rives.
5 photographies évocatrices et suggestives de Julie Ganzin, tirées par la photographe en noir. Ce livre est le deuxième illustré par la photographe, après La Mandragore en 1991, sur un texte de Michel-Ange Serreti.
Double envoi signé à Henri Clarac, par l'auteur et l'artiste.
Ce titre sera repris deux ans plus tard par Edouard Boubat, le photographe et ami de l'écrivain, pour un de ses derniers livres en hommage à Lella, sa muse. Christian Bobin, amateur de photographies, a souvent mis en couverture de ses livres des images de Boubat (La Part manquante, La Petite Robe de fête) et lui a même consacré un très beau livre : Donne-moi quelque chose qui ne meure pas.​​​​​
Très bel exemplaire, délicatement établi par Claude Honnelaître.
23851

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top