Paris, René Debresse, 1938
1 vol. (193 x 144 mm) de 16 pp. Broché.
Edition originale (pas de grand papier). 
Long envoi à Natalie Clifford Barney, en date de mars 1939 : « on dira un jour la grande/Natalie comme on dit le grand/Alexandre. Car il faut bien que l'Histoire ait des points/culminants : c'est psychologique ça !/Or qui l'Histoire choisirait-elle/sinon vous.../ à Natalie Clifford Barney/Son très humble et prosterné ami/Max Jacob 39 ».    
Qui, une nuit d'hiver, troquerait sa chambre feutrée contre le froid enneigé du dehors ? Il faut être amoureux, poète, ou les deux... Un soir de 1929, Max Jacob quittait son hôtel pour rejoindre la maison où se trouvait son amour : " O toi qui dors à cet étage parmi les liens de tes parents, sens-tu qu'on touche à ta maison ? Verras-tu dans ton rêve, endormie, celui qui touche à la porte, à cette porte de ta maison ". Dans l'embellie de son émotion, l'amant s'en retourna et " Le taxi rama, ramena, presque évanoui de joie, de froid, d'amour, un homme en pleurs, en pleurs de joie, d'amour, de froid, d'amour, un homme en pleurs. " La récipiendaire elle-même a mis de nombreuses notes au crayon sur la première page, datées du 28 mars 1939 : « Je te fis ainsi une dernière sérénade de silence le mardi 28 mars 39/depuis mes vrais rossignols se sont tus-tués par toi ?-Et ce n'est qu'à travers d'autres que je puis m'exprimer ainsi [une flèche pointant le texte de Jacob] et ainsi jusqu'au silence complet/-Et comme toi avec J. je lutte inconciament [sic] contre ma guérison : en cette dernière forme d'une fidélité ! ». 
De la bibliothèque Natalie Clifford Barney (Piasa, 2006, n° 255).
23061

découvrez ces autres ouvrages

Back to Top